Lasergrammétrie et photogrammétrie dans les tombes dell’Orco et delle Bighe de Tarquinia

Du 17 au 22 février 2020, une mission de documentation a été menée dans le site étrusque de Tarquinia, à une centaine de kilomètres au nord de Rome, sous la direction de Natacha Lubtchansky.
Le premier objectif était de rapporter les données lasergrammétriques (captées par Jean-Philippe Corbellini de la MSH Val-de-Loire) et photogrammétriques (captées par Alban-Brice Pimpaud d’Archeo3D) de deux tombes peintes étrusques: la tombe de l’Ogre ou dell’Orco dans la nécropole Monterozzi de Tarquinia et la tombe des Biges ou delle Bighe, de la même nécropole mais déposée aujourd’hui au Musée archéologique de Tarquinia. La première date du IVe siècle et la seconde du Ve avant J.-C.
Le second volet de la mission a visé la préparation de l’exposition sur le collectionnisme en Région Centre et le programme Fac-Simile au musée des Beaux-Arts de Tours.
Les données lasergrammétriques et photogrammétriques sont en cours de traitement par l’archéologue et infographiste Alban-Brice Pimpaud qui en propose une présentation préliminaire sur son site : http://exsitu3d.archeo3d.net

Nuage de points de la chambre 1 de la tombe de l’Ogre de Tarquinia à partir de la lasergrammétrie et de la photogrammétrie.

À terme sera élaborée une visite virtuelle des deux tombes peintes permettant d’associer, à la modélisation 3D de l’espace hypogée, les différentes collections de dessins et peintures faits depuis la découverte des deux tombes aux XIXe et début XXe siècles. Le visiteur pourra circuler dans l’espace reconstitué des tombes et choisir de projeter sur les murs soit les fresques originales, avec une grande précision, soit les reproductions de tel ou tel artiste : Henri Labrouste (1829), Prosper Morey (1832), Charles Questel (1832), Carlo Ruspi (1835), Louis Schulz (1869), Alessandro Morani (1897-1907), Augusto Guido Gatti (1910-16), Elio D’Alessandris (1911-12), jusqu’aux relevés scientifiques de Cornelia Weber-Lehmann (Université de Bochum) dans les années 1990.

L’accompagnement sonore, par des reproductions d’instruments étrusques, sera fourni grâce à une collaboration avec Emiliano Li Castro d’EMAP (European Music Archaeology Project) de la Mairie de Tarquinia et l’Université de la Tuscia (Viterbe).

À la mission ont aussi participé le conservateur des musées de France, François Blanchetière, et le plasticien vidéaste, Nikolas Chasser Skilbeck, pour la préparation de l’exposition au musée des Beaux-Arts de Tours. Le repérage d’œuvres à emprunter a été mené dans les archives historiques (Tarquinia) et les fonds de dessins (Institut archéologique allemand de Rome, Musée archéologique de Florence).

Financements : RnMSH, MSH Val de Loire, École française de Rome, ARPAMED, CeTHiS EA6298, IPat. Avec la collaboration du Polo museale del Lazio et du MiBACT Roma, provincia Viterbo e Etruria meridionale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search